Le livre électronique Kindle d'Amazon débarque en France

Cloud

Amazon élargit à une centaine de pays la commercialisation de son Kindle. Mais l’offre de contenu tarde à suivre.

Amazon vient d’annoncer la commercialisation prochaine de son livre électronique dans une centaine de pays dans le monde. En France, notamment, le Kindle sera disponible à partir du 19 octobre. Le Kindle est actuellement proposé uniquement aux Etats-Unis pour 279 dollars. Soit 190 euros. Un prix qui restera à confirmer sur le marché européen.

Pour mémoire, le Kindle est un lecteur de livres électroniques et autres contenus imprimés (ou non) numérisés. Son écran de 6 pouces en haute définition associé à une technologie d’encre électronique offrent un confort proche de la lecture sur papier. Sa faible consommation énergétique assure une utilisation de l’appareil pendant plusieurs jours entre deux recharges (jusqu’à deux semaines selon Amazon).

D’autre part, le Kindle est équipé d’une interface de communication 3G. Ce qui ouvre la voie au téléchargement de contenus sans fil et indépendamment de toute borne wifi (mais pas d’un réseau GSM). Ses 2 Go de mémoire permettent de stocker jusqu’à 1500 ouvrages environ. Enfin, le clavier intégré permet d’annoter les contenus et une application de lecture vocale est par ailleurs proposée.

Si Amazon met en avant l’accès à ses 200 000 livres en langue anglaise, le nombre d’ouvrages disponibles en français n’est pas encore précisé. Notons que, parmi les éditeurs avec lesquels Amazon a signé des accords, figure notamment Hachette. Côté presse, les éditions électroniques des quotidiens Le Monde et Les Echos sont d’ores et déjà disponible sur le Kindle Store, la boutique en ligne du Kindle, aux côtés du Times, International Herald Tribune, Corriere Della Sera, New York Times, etc.

Amazon cherche donc à élargir les marchés de son Kindle et ne pas se laisser distancer par son principal concurrent, Sony et ses modèles Reader. Sony est déjà présent aux Etats-Unis mais aussi dans plusieurs pays européens et, bien sûr, au Japon. De plus, Sony a signé un accord de partenariat avec Google ce qui lui ouvre l’accès à des millions d’ouvrages, notamment ceux tombés dans le domaine public. Mais Google Books traverse actuellement une série de poursuites remettant en cause sa domination sur le marché de la numérisation des contenus. Notons également l’arrivée de MSI et Asus sur le secteur des livres électroniques. Preuve du potentiel économique de ces produits.

Le marché est-il pour autant mûr pour accueillir les livres électroniques? Selon le cabinet Forrester Research, 3 millions de Kindle (et ses déclinaisons) devrraient se vendre en 2009 en Amérique du Nord. Et la demande pourrait doubler en 2010. Amazon occuperait 60 % du marché et Sony 35 % en 2009. Mais sans contenus, il est difficile de penser que ces objets se vendront sur les marchés locaux. D’autre part, il restera à vérifier que les PC tablette, qui tendent enfin à décoller (voir l’annonce autour de l’Archos 5 et la très attendue tablette d’Apple), mais aussi netbooks, MID (Mobile Internet Device), voire smartphones à écrans larges, ne tueront pas dans l’œuf le lecteur de livres électroniques. Autrement dit, des appareils multifonctions et beaucoup plus communicants que les e-books et qui, eux-aussi, supportent des contenus numérisés.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur