Motorola Mobility désormais autonome prépare sa tablette sous Android

CloudOS mobilesTablettes

La séparation effective de Motorola en deux entités va permettre à la partie mobile d’aborder sereinement le prometteur marché des tablettes tactile. Comme pour ses smartphones, Motorola Mobility mise sur Android.

Annoncée début décembre La scission de Motorola est effective avec la création de deux sociétés indépendantes et désormais cotées en Bourse depuis mardi 4 janvier. Rappelons que Motorola Solutions (symbole MSI au NYSE) se concentrera sur les solutions réseaux télécoms pour les entreprises et les secteurs verticaux (comme la sécurité, les marchés gouvernementaux, réseaux sans fil ou WLAN…) tandis que Motorola Mobility Holdings (symbole boursier MMI) couvrira le pan des activités de production de terminaux mobiles et de décodeurs pour les réseaux numériques à domicile.

« Nous sommes ravis que Motorola Mobility soit parvenu à cette étape déterminante. Deux ans après le lancement du projet, nous débutons notre cotation sur le New York Stock Exchange avec des finances fortes et saines, a déclaré Sanjay Jha, P-dg de Motorola Mobility. Nous sommes bien positionnés sur des segments de marchés importants comme les smartphones et les solutions vidéo de bout-en-bout dans une optique de convergence des médias, des produits mobiles, de l’informatique et de l’Internet », rapporte ITespresso.fr.

Cette scission de Motorola serait survenue sur fond de pression de Carl Icahn, un investisseur milliardaire américain qui détenait une position forte dans le capital de l’équipementier télécoms américain. Mais Gene Delaney, vice-président en charge des produits, balaie d’un revers de main cette vision. « La stratégie de Motorola et la décision qui a abouti à la séparation des activités ont été adoptées pour de bonnes raisons, expliquait-il à eWeek UK courant décembre. Cela n’a pas été conduit par un investisseur en particulier. Ce virage a été pris en prenant en compte la manière de servir au mieux les besoins de nos clients. »

Motorola Solutions regarde avec intérêt les développements autour de la 4G (norme Long-Term Evolution ou LTE). Aux Etats-Unis, l’opérateur mobile Verizon Wireless a commencé le déploiement. Mais il faudra attendre l’échéance 2012-2013 pour voir l’activité de la 4G réellement décoller.

De son côté, Motorola Mobility devrait investir le marché des tablettes en format d’écran 7 à 11 pouces, selon les déclarations de Sanjay Jha à l’occasion du lancement en Bourse de la nouvelle entité. Des annonces plus précises, voire des produits (comme le laisse supposer cette vidéo teasing), devraient défiler à l’occasion du CES 2011.

Si l’iPad d’Apple tient aujourd’hui la vedette sur le marché des tablettes, nombre de constructeurs, de Samsung à Acer en passant par Asus, Dell, Cisco, HP ou Motorola Mobility, pensent tirer leur épingle d’un marché mondial estimé par les analystes à 200 millions d’exemplaires en 2014 (et 55 millions dès 2011).

L’entreprise avait d’ailleurs fait des annonces selon lesquels elle s’appuierait sur Honeycomb, la version d’Android optimisée pour les tablettes (actuellement, faute d’adaptation à la taille des écrans, Android 2.2 ne permet pas aux constructeurs de tablettes d’accéder à l’Android Market). Motorola devrait d’ailleurs s’inscrire comme l’un des premiers constructeur à lancer des ardoises numériques sous Honeycomb.

Un choix logique. D’abord parce qu’Android est un OS mûr, qui plus est fourni gratuitement par Google. Ensuite, Motorola a misé sur le système de Google pour rattraper le temps perdu sur le marché des smartphones après en avoir raté le virage. Motorola affiche dans ce cadre quelques belles innovations telles que le Defy et le Milestone 2. Des signes prometteurs pour la future tablette du constructeur américain.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur