Résultats semestriels : SFR plombé par le grand public et l’Entreprise

MobilitéRéseaux

A l’avant-veille de sa reprise par le groupe Numericable, SFR affiche un nouveau semestre en recul malgré une base client en hausse globalement.

Vivendi vient d’annoncer l’ouverture de négociations exclusive avec Telefónica pour la reprise de GVT, sa filiale opérateur au Brésil. Dans la foulée, le groupe a publié ses résultats semestriels, dont ceux de SFR encore dans son giron d’un point de vue financier et opérationnel malgré son rachat en cours par Numericable/Altice.

Recul de 4,7% du chiffre d’affaires

Contrairement à sa consoeur d’Amérique latine (en hausse de 12,8%), le chiffre d’affaires de SFR connaît une nouvelle baisse. A raison de 4,9 milliards d’euros, le résultat recule de 4,7% par rapport au 1er semestre 2013. Un recul minimisé à 3,9% avec l’intégration de Telindus, racheté en février. Le groupe souligne le ralentissement de ce recul dans le courant de l’année : il était de -3,5% au deuxième trimestre contre -5,8% au premier.

C’est néanmoins le ralentissement de l’activité grand public, la plus importante en termes de revenus, qui plombe les résultats de l’opérateur. A 3,2 milliards d’euros, le résultat s’étiole de 7,3% comparé à 2013. L’activité Entreprise fait à peine moins bien avec un recul de 6,5% à 884 millions d’euros sur le semestre. Activité que l’arrivée de Telindus devrait permettre d’enrichir en apportant à l’opérateur des capacités de services d’intégration télécom en complément des offres Business Team. Seule l’activité d’Opérateur profite d’une embellie, de 9,8% à 810 millions d’euros. L’ensemble se traduit par un résultat opérationnel avant amortissement (Ebitda) de 1,19 milliard d’euros en recul de 11,4% sur un an. Résultat qui comprend les éléments exceptionnels, telle une charge de 112 millions d’euros visant à mettre fin aux contentieux qui l’opposaient à Bouygues Telecom.

Augmentation globale du parc clients

Comme pour son concurrent, ces mauvais résultats traduisent la concurrence tarifaire que se livrent les acteurs du marché. Car, paradoxalement, SFR a augmenté sa base clients. Le parc mobile total (y compris MVNO) s’élève désormais à près de 21,38 millions de clients (+2%) dont 18,2 millions d’abonnés forfaits (soit plus de 85% du parc total). Mais la part des forfaits purs SFR recule légèrement de 17 000 utilisateurs pour se maintenir à 11,36 millions de clients et 14,3 millions avec le prépayé.

Sur le fixe, les abonnements haut et très haut débit séduisent 5,3 millions de résidences, soit une hausse de 42 500 nouveaux comptes sur la première moitié de l’année. 218 000 abonnés bénéficiaient d’une liaison fibre, au 30 juin 2014. Les offres quadruple play fixe-mobile “Multi-Packs” ont séduit 400 000 nouveaux utilisateurs portant à 2,53 millions leur nombre total. Soit près de la moitié (48,3%) du parc haut débit.

Vivendi tourne la page SFR

Pour Vivendi, la page SFR est néanmoins bientôt tournée. Sauf surprise du côté du gendarme de la concurrence, l’acquisition définitive par Numericable devrait intervenir dans les prochains mois, souligne le groupe média. Lequel souligne néanmoins qu’il participera à hauteur de 200 millions d’euros au rachat, par Numericable, de la holding Omer Telecom, propriétaire de Virgin Mobile France, signé en mai dernier.

Le troisième trimestre fiscal devrait donc être le dernier pour SFR en tant qu’entité Vivendi (sauf avis contraire de l’Autorité de la concurrence) même si le groupe conservera 20% du capital du nouvel opérateur selon l’accord finalisé en juin. Un schéma que pourrait emprunter la revente de GVT pour laquelle Telefónica propose 7,45 milliards d’euros répartis entre numéraire (4,7 milliards) et capital (12% des parts de Telefónica Brasil).


Lire également
Fusion SFR-Numericable : l’Autorité de la concurrence veut approfondir la question
Interxion prend possession du datacenter marseillais de SFR
L’Arcep tacle Free et SFR sur les cartes de couverture 4G


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur