Revenus en baisse confirmés pour les opérateurs au premier trimestre 2013

OperateursRéseaux
Revenus télécoms au 1er trimestre 2013 (source Arcep)

Volumes d’utilisateurs, de communications et de données en hausse pour des revenus en baisse au premier trimestre 2013. C’est le paradoxe qui caractérise le marché des télécoms depuis plus d’un an.

A 9,9 milliards d’euros, le chiffre d’affaires des opérateurs français a continué de baisser, de 6,4%, au premier trimestre 2013 par rapport à celui de 2012. Dont 9,3 milliards pour les seuls services de communications, en recul de 6,8%, révèle Observatoire des marchés de l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) qui présente ses résultats définitifs.

Communications et data en hausses continues

Ce recul est la conséquence de la compression des prix motivée par la concurrence, accrue depuis l’arrivée de Free Mobile début 2012, que ne parvient pas à compenser la hausse de 4,7% du volume de minutes (61,1 milliards de minutes consommées sur le trimestre). Hausse essentiellement porté par le trafic mobile (+20%) alors que les communications fixes reculent (-8,8%) pour le deuxième trimestre consécutif.

Revenus télécoms au 1er trimestre 2013 (source Arcep)

Les revenus des opérateurs sont également impactés par la baisse des tarifs de roaming imposée par Bruxelles. Sur la période, les opérateurs ont tiré 72 millions d’euros des communications en itinérance : en baisse annuelle de 18% alors que les volumes de communication ont cru de 3,4%.

73 millions de cartes SIM

L’échange de volume est lui aussi en hausse. Sur les réseaux mobiles, il explose de 65%. Plus de 32 400 téraoctets ont été consommés sur le trimestre. Soit une moyenne de 158 Mo (+60%) par mois par abonné et 316 Mo pour les cartes internet only (tablettes, PC portables…). L’Observatoire nous apprend également que nous échangeons chacun 255 SMS mensuellement en moyenne. Un service en hausse perpétuelle (de 7,8% sur le début de l’année).

Les revenus baissent alors que le marché mobile s’accroit. Avec près de 73,7 millions de cartes SIM en service au 31 mars (dont 56,4 millions de forfaits non bloqués, +11,3%), le secteur s’est étoffé de 4,2 millions de « clients » supplémentaires. Il faut remonter à 2002 pour constater une telle progression. Sauf que celle-ci est portée de manière non négligeable par le M2M qui connaît une progression annuelle de près de 50% à 5,3 millions de SIM (+1,8 million de cartes en un an). Le nombre d’abonnés humains a progressé pour sa part de 3,7 millions. Soit 1 million de plus qu’en 2012.

1,80 milliard d’investissements

L’Observatoire de l’Arcep s’enrichit de nouvelles données : celles des investissements du secteur. Au premier trimestre 2013, les opérateurs ont investi 1,80 milliard d’euros. C’est un peu moins qu’en 2012 (1,85 milliard) et à peine plus qu’en 2011 (1,79 milliard). Hors achat de fréquences s’entend.

Des variations trimestrielles « non significative », estime le régulateur. D’abord parce que « les plans d’investissements des opérateurs répondent à une logique pluriannuelle et tous n’adoptent pas le même rythme d’investissements au long de l’année  ». Ensuite parce que « les investissements réalisés par les opérateurs sont de plus en plus mutualisés ». Il faudra donc attendre le bilan annuel de 2014 et la décomposition entre les grandes catégories d’investissement pour comparer les différentes évolutions de ces derniers.


Voir aussi

Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes

Silicon.fr fait peau neuve sur iOS


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur