Supercalculateur : IBM vise les 100 pétaflops avec le Blue Gene/Q

Réseaux

Conçue autour d’un processeur maison très original, la gamme de supercalculateurs Blue Gene/Q d’IBM permettra de construire des clusters d’une puissance maximale de 100 pétaflops.

IBM vient de dévoiler sa stratégie concernant le monde des supercalculateurs. Avec son Blue Gene/Q, la firme espère pouvoir fournir des machines d’une puissance maximale de 100 pétaflops.

Un processeur PowerPC à 18 cœurs

Au cœur de ce dispositif se trouve le processeur 64 bits PowerPC A2, qui comprend un cœur de contrôle fonctionnant sous Linux, seize cœurs de calcul et un cœur de réserve (lequel permettra de limiter le taux de déchet lors de la fabrication de cette puce). Soit 18 coeurs au total.

Le tout fonctionne à la fréquence de 1,6 GHz, dispose de 32 Mo de mémoire cache de second niveau, pourra gérer 16 Go de DDR3 et intègre une interface réseau à 10 Gbps. Gravé en 45 nanomètre (nm), le PowerPC A2 du Blue Gene/Q consomme 55 W et est crédité d’une puissance de calcul de 204,8 gigaflops (en double précision).

Une machine à 20 petaflops

La technologie mise au point par IBM trouvera une première application dans le « Sequoia », une machine de 20 pétaflops qui sera installée au sein du Lawrence Livermore National Laboratory (LLNL). Elle sera composée de 96 racks, pour une puissance consommée de 6,6 mégawatts. Sa capacité de calcul sera ainsi deux fois supérieure à celle de l’actuel numéro un du top500, tout en consommant deux fois moins d’énergie.

L’Argonne National Laboratory (ANL) disposera également d’un Blue Gene/Q. Le « Mira » n’affichera toutefois qu’une puissance de calcul de 10 pétaflops.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur