T-Mobile : Iliad tire un trait sur son rêve américain

MobilitéOperateursRéseaux

Face au mutisme de Deutsche Telekom, Iliad renonce au rachat de T-Mobile aux Etats-Unis et met fin à son rêve américain. Ses deux offres successives n’ont pas convaincu l’opérateur allemand.

Le rêve américain d’Iliad aura été de courte durée. Le groupe de Xavier Niel vient d’annoncer qu’il renonçait à racheter T-Mobile. « Le Groupe Iliad annonce mettre fin à son projet d’acquisition de T-Mobile US après des échanges avec Deutsche Telekom et certains représentants du conseil d’administration de T-Mobile US refusant de donner suite à sa nouvelle offre », confirme la maison mère de Free dans son communiqué.

Le 31 juillet dernier, Iliad faisait une offre à 15 milliards de dollars auprès de Deutsche Telekom pour acquérir 56,6% du capital de T-Mobile. Soit 33 dollars par action. Via les synergies, Free estimait que les 43,3% restant du capital (dont 10,4% à l’opérateur historique allemand) étaient valorisés à hauteur de 10 milliards, soit 40,5 dollars par action. Une proposition insuffisante aux yeux du conseil d’administration de Deutsche Telekom qui a rejeté l’offre.

Deux offres en vain

Il en fallait plus pour décourager Xavier Niel et ses équipes. Le groupe s’associe alors avec deux fonds de private equity « de premier plan » et de grandes banques internationales afin d’améliorer son offre. Et propose d’acquérir les 67% du capital de T-Mobile détenus par Deutsche Telekom et d’accroitre le montant numéraire de l’acquisition. Au bout du compte, l’opération valorisait l’action T-Mobile à 36 dollars.

« Une nouvelle offre [qui] se serait inscrite dans le cadre de la politique financière du Groupe Iliad en termes d’endettement et de dilution », mais qui n’a visiblement pas plus séduit Deutsche Telekom que la première. Après l’échec de AT&T en 2011 (dont l’opération n’avait pas reçu l’aval de la FCC, le régulateur américain) et le retrait de Sprint l’été dernier, l’abandon d’Iliad constitue le troisième échec pour Deutsche Telekom, qui ne semble décidément pas pressé de quitter le marché américain. A moins qu’il ait été séduit par les propositions officieuses de l’opérateur satellite Dish Network. Discussions qui pourraient reprendre après la fin des enchères dédiées à la vente de nouvelles licences hertziennes qui doivent débuter en novembre prochain pour 3 largeurs de bandes (1695-1710 MHz, 1755-1780 MHz et 2155-2180 MHz) et se prolonger en 2015 sur les 600 MHz.

Retour sur le marché français

De son côté, Iliad « poursuivra sa politique de croissance rentable telle que menée depuis 15 ans dans l’intérêt de ses abonnés, de ses salariés et de ses actionnaires ». Probablement en se concentrant à nouveau sur le marché français. Et en rouvrant les discussions de rapprochement avec Bouygues Telecom ?


Lire également
Vente de T-Mobile US : Deutsche Telekom fixe ses conditions
Rachat de T-Mobile US : une opportunité attractive pour Iliad selon l’Idate


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur