ULLtraDIMM : de la mémoire flash dans un module DDR3

Composants

Un nouveau type de stockage plaçant la mémoire flash dans un module DRAM a été mis au point pour répondre à des besoins professionnels spécifiques. Baptisé ULLtraDIMM, il se caractérise par un temps de latence ultra faible.

Smart Storage Systems et Diablo Technologies ont développé un nouveau type de stockage qui a la particularité de présenter un temps de latence très réduit. Cette caractéristique désigne l’ULLtraDIMM comme le nec plus ultra et l’arme absolue dans certaines applications professionnelles comme le trading haute fréquence.

Alors que le consortium SATA-IO vient tout juste de ratifier les spécifications 3.2 de la norme SATA et consacre le SATA Express comme une avancée majeure, un nouveau type de stockage a été mis au point pour répondre à des besoins professionnels spécifiques.

Plus réactif que les dispositifs basés sur le PCIe

Le passage du stockage magnétique à des dispositifs basés sur de la mémoire flash s’est non seulement traduit par une augmentation substantielle de la bande passante mais aussi par des temps de latence notablement réduits.

L’utilisation du bus PCIe permet également d’augmenter la bande passante (c’est d’autant plus vrai avec le SATA 3.2) mais aussi de réduire le temps de latence (lag). Plusieurs constructeurs proposent ainsi des solutions de stockage basées sur ce bus. C’est le cas de Fusion-io, OCZ avec le RevoDrive 3 x2 ou encore ASUS avec la solution ROG RAIDR Express.

Mais, l’ULLtraDIMM va plus loin avec la promesse d’un temps de latence réduit aux deux-tiers de la plus petite valeur obtenue avec des solutions PCI Express.

La mémoire flash au plus près du CPU

Pour ce faire, Smart Storage Systems et Diablo Technologies ont développé l’ULLtraDIMM qui utilise le bus mémoire pour l’accès à un dispositif de stockage flash dans un module DDR3 DIMM (double inline memory module).

La mémoire de masse est ainsi au plus près du processeur et des applications.

Sous les 5 µs de latence en écriture

Le trading à haute fréquence est indéniablement une des applications toute trouvée pour cette mémoire. Si les outils mathématiques et les algorithmes d’automatisation constituent l’épine dorsale de ce type de transactions tant décrié, le temps de latence des dispositifs de stockage est leur talon d’Achille.

Grâce à l’ULLtraDIMM, la fréquence des transactions devrait être augmentée grâce à des temps de latence inférieurs à 5 µs en écriture et de 150 µs en lecture.

ULLtraDIMMMécaniquement, le nombre d’opérations (ventes et achats d’actions) étant plus élevé, les gains devraient connaître une envolée et la méthode être plus largement adoptée au grand dam des régulateurs qui craignent l’utilisation de techniques de manipulation de marché.

De surcroît, ce sont les traders disposant des mécanismes les plus rapides (tant au niveau algorithmique que de l’infrastructure) qui généreront le plus de profit.

D’autres applications pratiques seront vraisemblablement identifiées et si elle ne se destine pas aux applications grand public, l’ULLtraDIMM est promise à un bel avenir auprès des professionnels (pour le cloud computing, le trading haute fréquence, la virtualisation…).

Smart Storage Systems propose l’ULLtraDIMM en capacités de 200 Go et de 400 Go (il s’agit de flash MLC (multi level cell) gravée en classe 10 nm).


Voir aussi

Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes
Silicon.fr fait peau neuve sur iOS


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur