processeurs

CPU ou microprocesseur, il permet à l’ordinateur d’exécuter les programmes informatiques. Ce composant existe depuis la création des ordinateurs. Il est fabriqué en un seul circuit intégré.

Kjetil Kolbjornsrud / Shutterstock

Serveurs : ARM peut-il réellement menacer le x86 ?

La guerre opposant RISC à CISC faisait rage dans les années 1980, une époque où la surface de la puce et sa complexité en termes de conception étaient les principales contraintes et où les ordinateurs de bureau et serveurs dominaient de manière exclusive le paysage informatique. Aujourd’hui, l’énergie et la puissance sont les contraintes de base pour la conception des architectures et le paysage informatique est sensiblement différent : la croissance dans les tablettes et les smartphones fonctionnant sous ARM (RISC ISA) surpasse celle des ordinateurs de bureau et ordinateurs portables exécutant x86 (CISC ISA). En outre, malgré sa traditionnelle faible puissance, ARM ISA a fait son entrée sur le marché des serveurs, tandis que le x86 cible de son côté des appareils mobiles.

Des acteurs de poids tels AMD et HP, qui vient de lancer des cartouches ProLiant embarquant des processeurs ARM (32 bits pour la m800 et 64 bits pour la m400), démontrent que les solutions ARM sont pertinentes pour traiter certaines tâches dans les datacenters, notamment suite à l’explosion des usages Web (qui se traduisent par des requêtes simultanées de millions de terminaux mobiles) et l’essor des services en mode Cloud.

Pour ARM, l’angle d’attaque sur le marché des serveurs est assez clair : viser la réduction de la consommation énergétique. S’agit-il d’un facteur suffisamment disruptif pour entrainer dans son sillage tout ou partie de l’industrie logicielle et hardware (semi-conducteurs et serveurs) dans son sillage ? Le rapport performance par watt est-il réellement à l’avantage de l’architecture ARM (face au x86) ? Comment les acteurs du marché appréhendent-ils l’arrivée de serveurs ARM ?

Le marché et ses acteurs peuvent-ils souffrir d’une rupture alors que l’année 2013 s’est traduite par une baisse des revenus pour les constructeurs de serveurs, synonyme d’investissements en berne pour les acquéreurs potentiels de serveurs ? Autant de questions qui méritent un examen attentif dans notre dossier spécial.

amd-beema-mullins-apu-soc-4

AMD : les APU Beema et Mullins en embuscade

AMD a mis en place un compte à rebours sur internet qui prendra fin le 28 avril 2014. Tout porte à croire qu’il s’agira de l’annonce de la nouvelle génération d’APU Beema et Mullins, la réponse d’AMD à la nouvelle salve d’Atom Bay Trail (refresh) d’Intel.

wafer_flash_nand

Mobilité : Intel mise sur le 14 nm pour bousculer ARM

A l’occasion de L’IDF (Intel Developer Forum) qui se tient à Shenzen en Chine, Intel a fait le show avec ses futurs processeurs à très faible consommation électrique. Objectif : défier ARM dans les smartphones et les tablettes. Le Braswell, qui succèdera à l’Atom Bay Trail, a notamment été mis en avant par la firme de Santa Clara.