Nokia redresse la tête grâce aux smartphones

Réseaux

Avec une progression de 22 % du chiffre d’affaires, Nokia termine en beauté une douloureuse année.

Nokia finit mieux l’année qu’il ne l’avait commencé. Au quatrième trimestre 2009, le constructeur finlandais frôle les 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Certes, le résultat affiche une baisse annuelle de 5,3 % à période comparable en 2008 mais c’est 22,2 % de mieux que le troisième trimestre 2009 à 9,8 milliards. Du coup la marge opérationnelle sur le trimestre passe de 3,9 % en 2008 à 9,5 % en 2009.

Notons au passage que la filiale Nokia Siemens Networks suit la même tendance. Avec un revenu de 3,6 milliards d’euros au quatrième trimestre, les résultats de l’équipementier subissent une baisse annuelle de 16,5 % mais une croissance trimestrielle de plus de 31 %.

La crise économique (qui repousse les investissements et les achats des particuliers à des jours meilleurs), la concurrence (celle de RIM/BlackBerry et, surout, d’Apple iPhone) et le retard pris dans le développement des services expliquent en parti les difficultés de Nokia sur le marché des terminaux mobiles. En 2009, le constructeur a vendu 8 % de téléphones en moins par rapport à 2008 alors que le marché n’a baissé « que » de 6 %. Le CA global de l’entreprise frôle les 41 milliards d’euros, en baisse de 19,2 %. Nokia estime à 39 % sa part de marché au dernier trimestre.

Alors que Nokia a décuplé ses efforts pour adresser les marchés émergents, ce sont surtout les smartphones qui ont porté la croissance de l’industrie. En témoigne les succès des BlackBerry et iPhone, voire du nouvel entrant Android (dont les résultats sont dilués dans ceux des opérateurs qui ont adopté la plate-forme de Google). Ce sont d’ailleurs les smartphones qui ont permis à Nokia de redresser la barre en fin d’année.

« Nous avons accru notre part de marché dans les smartphones au quatrième trimestre, tirée par le succès du lancement de nouveaux modèles avec clavier, note Olli-Pekka Kallasvuo, le directeur général de Nokia. Notre performance dans les smartphones, doublée d’une réussite continue dans les marchés émergents, nous a aidé à augmenter les ventes de notre unité appareils et services, annuellement et d’un trimestre à l’autre. » Les terminaux N97 et sa version mini, le 5230, le E72 et, enfin, le N900 sous plate-forme Linux Maemo ont contribué aux succès des ventes.

Nokia va donc poursuivre ses efforts sur le marché des smartphones inaugurés au début du quatrième trimestre avec la réorganisation de l’entreprise. « Notre objectif reste fermement sur la réalisation, en particulier autour de l’expérience utilisateur, poursuit le dirigeant.Ici, je tiens à souligner notre volonté de secouer le marché de la navigation avec la navigation assistée intégrée à nos smartphones, un bon exemple de la façon dont nous tirons parti de nos atouts pour apporter des avantages réels aux consommateurs. » Nokia a récemment annoncé l’ouverture gratuite de son service de navigation Ovi Carte pour mieux contrer la montée de Google sur le marché des assistants de navigation.

« Nokia doit se monter plus offensif », commente l’analyste IDC qui invite le constructeur à multiplier les initiatives comme l’annonce de l’ouverture d’Ovi Cartes. « Grâce à cela, Nokia sera en mesure de retenir les utilisateurs et de se différencier de ses concurrents en offrant des services que les consommateurs veulent et les concurrents ne peuvent pas lancer facilement. » D’autant que la compétition promet d’être soutenu. Outre les avancées soutenus des BlackBerry et iPhone, le Finlandais devra affronter les constructeurs qui adopteront Windows Mobile 7 et Android. A commencer par LG et Samsung dont ce dernier a pris l’avantage sur le marché des téléphones classiques en Europe de l’Ouest.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur