M2M : déjà un marché à 10 milliards de dollars

M2MRéseaux

Selon le cabinet Analysys Mason, le marché du machine-to-machine (M2M) va être multiplié par 9 dans les dix ans qui viennent.

Selon le cabinet Analysys Mason, le marché du M2M pèsera 10 milliards de dollars en 2013 au niveau mondial. Un total appelé à enfler selon le cabinet, qui prévoit que ce marché atteindra 88 milliards de dollars dans dix ans, du fait de la diffusion de cette technologie dans les pays émergents et de la baisse des coûts des solutions.

Les analystes prévoient également une diffusion du M2M dans les PME, qui devraient peser environ un quart des connexions M2M en 2023, contre moins de 15 % aujourd’hui (en excluant les connexions dans le secteur des utilities, compteurs communicants en tête). Analysys Mason compte notamment sur les opérateurs télécoms pour diffuser les solutions M2M dans le tissu économique des PME. « Les opérateurs ont déjà réussi à vendre des solutions M2M packagées, comme la gestion de flottes, à des clients en PME, écrit l’analyste Morgan Mullooly, dans un billet de blog. Nous pensons que les opérateurs parviendront à faire de même avec des solutions M2M de sécurité, de surveillance ou avec des solutions pour les secteurs de la santé ou de la distribution. »

Les « utilities » servent de locomotive

Si l’intérêt des PME est appelé à se développer, Analysys Mason note que le premier marché du M2M reste le secteur des « utilities » (services publics), dominé  par de très grandes entreprises. Ce segment de marché, qui doit connaître la croissance la plus soutenue, représentera plus de deux tiers des connexions M2M en 2023, selon les analystes. En France, le marché du M2M est d’ailleurs animé par les contrats géants passés par ErDF (avec son projet de compteur communicant Linky) et GrDF (projet Gazpar, lire Compteurs Gazpar : GrDF ouvre les vannes pour Capgemini).

Derrière cette locomotive, le secteur des transports apparaît comme le second marché majeur du M2M. Malgré l’arrivée de la voiture communicante, ce segment devrait toutefois croître moins vite que celui de l’énergie, selon le cabinet britannique.

La semaine dernière, l’Idate estimait, dans un rapport, que 80 milliards de « choses » seront connectées à Internet d’ici 2020. Le marché de l’Internet des choses (Internet of things) se décomposera de la façon suivante : 85% de ses éléments proviendront des objets, connectés directement à Internet ou via un terminal intermédiaire; 11% seront le fait de terminaux communicants (dont les smartphones); et 4% viendront du M2M (Machine-to-Machine).


Voir aussi
Silicon.fr en direct sur les smartphones et tablettes
Silicon.fr fait peau neuve sur iOS


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur