Quatrième licence Mobile 3G: Free seul en lice? Faux suspense…

Réseaux

Il reste 10 jours pour les candidats à la 4e licence mobile 3G. Or, il semble qu’une seule candidature – celle de Free – soit prête à être déposée à l’Arcep.

Le suspense pourrait bien tourner court. Il se confirme que le seul opérateur candidat à la 4e licence de mobiles en France qui ait finalisé son dossier à ce jour soit Iliad (Free). Les dossiers doivent être déposés le 29 octobre prochain avant midi. Ce qui fait encore plus d’une semaine. Or, les rares autres candidatures potentielles semblent s’éloigner chaque jour un peu plus.

Après la sortie de Nicolas Sarkozy sur le fait que le 4e opérateur ne saurait être un «casseur de prix» -allusion directe à Free-, tout le monde en avait alors déduit que l’Elysée poussait d’autres candidats possibles comme Bolloré Télécom -déjà opérateur télécom (dans le Wimax). Ou encore Numéricable, en s’associant à Virgin Mobile.

Le prix du ticket d’entrée étant fixé, les opérateurs intéressés ont fait leurs comptes et personne ne semble pressé d’emporter le morceau. Personne, hormis les trois opérateurs en place, n’est suffisamment motivé pour empêcher Illiad Free d’accéder à un statut d’opérateur télécom.

Bolloré Télécom a finalement renoncé à concourir (préférant miser sur sa licence nationale Wimax , qui n’a pas encore réellement débouché, contrairement aux engagements pris avec l’autorité de régulation). Kertel a également renoncé à concourir. Numéricable a cherché à constituer un consortium avec des alliés comme l’opérateur égyptien Orascom, réputé détenir des capitaux importants. Or ce dernier s’est rétiré des discussions début octobre.

Il restait à alors à Numericable de se rapprocher de Virgin Mobile. Les deux patrons en France – Pierre Danon pour Numericable et Geoffroy Roux de Bézieux pour Virgin Mobile France – se connaissent bien. Mais, comme le rappelle Les Echos de ce 19 octobre, le groupe Virgin a d’autres chats à fouetter: il vient de racheter Tele 2 Mobile. Et la position de MVNO (opérateur mobile virtuel, reposant sur l’infrastructure d’un autre opérateur) lui paraît, semble-t-il, plus satisfaisante qu’auparavant.

Et un dirigeant de Virgin Mobile de se justifier ainsi: «Il n’y a pas une différence aussi énorme que l’on croit entre le fait d’être le 4e opérateur et notre métier [MVNO], puisque pendant pas mal d’années, 80% du trafic du nouvel entrant se fera sur le réseau des autres» – en référence au cahier des charges défini par l’autorité de régulation : le nouvel entrant aura 2 ans pour couvrir 25% de la population française avec son propre réseau et jusqu’à 8 ans pour en couvrir 80%.

Un autre indice laisse à penser que Virgin Mobile n’est pas très motivé: l’un de ses principaux actionnaires (à hauteur de 45%), le britannique Carphone Warehouse n’a pas caché qu’il n’était pas prêt à investir sur cette 4e licence mobile en France.

Il resterait donc la candidature de Numericable en solo. Mais, ayant récupéré un passif certain de Noos, le câblo-opérateur a fait comprendre qu’il ne se lancerait pas seul.

Conclusion, il n’en resterait qu’un seul en lice: Free. Et une questions se pose alors : si tel était le cas – un seul dossier remis ce 29 octobre – faudra-t-il 8 à 9 mois pour que l’Arcep remette sa décision, alors que l’Autorité connaît déjà en grande partie le dossier ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur