Navigateur : le «ballot screen» de Windows 7 est-il suffisant?

Logiciels

L’Europe s’interroge sur l’efficacité de la mesure d’ouverture de Microsoft à la concurrence sur le marché des navigateurs concurrents d’Internet Explorer.

Le « ballot screen », c’est-à-dire la possibilité pour l’utilisateur d’installer le navigateur de son choix lors de l’installation de Windows 7, est-il suffisant aux yeux des instances européennes? S’il est encore trop tôt pour répondre à la question, Bruxelles ne s’en est pas moins préoccupé de l’efficacité de la mesure face à la position dominante de Microsoft sur le marché des navigateurs.

Faisant face à de nouvelles poursuites pour abus de position dominante de son navigateur Internet Explorer suite à une plainte de l’éditeur Opera Software, Microsoft avait proposé, en juillet dernier, un mécanisme pour choisir un navigateur alternatif au sien. Affiché comme une étape de l’installation de Windows 7, ce « ballot screen » laisse l’utilisateur choisir sur un écran les principaux butineurs concurrents à Internet Explorer, à savoir Mozilla Firefox, Opera, Google Chrome et Safari.

Mais est-ce suffisamment explicite pour offrir un libre choix à l’utilisateur lambda? Selon l’agence Reuters, la division de la Concurrence de la Commission européenne a envoyé, en juillet dernier, un questionnaire aux différents régulateurs nationaux européen pour s’enquérir de leur sentiment sur la question. Le questionnaire demande notamment : « Selon vous, la démarche proposée de télécharger et installer un navigateur concurrent de manière simple et transparente pour l’utilisateur à travers le ballot screen est-elle suffisamment efficace pour offrir au consommateur un vrai choix concurrentiel de navigateur? »

Attendues jusqu’à fin août, les réponses n’ont pas été divulguée pour l’heure. Mais le temps presse. Microsoft a promis de livrer Windows 7 pour le 22 octobre prochain. Si la proposition faîte par Microsoft pour éviter de plus amples poursuites judiciaires ne satisfait pas Bruxelles, l’éditeur aura-t-il le temps de se retourner ? C’est peu probable dans la mesure où la version RTM (Release To Manufacturing) de Windows 7, la version finale, est envoyée à ses partenaires constructeurs depuis juillet dernier.

Déjà condamné à plusieurs reprises pour abus de position dominante, notamment sur le système d’exploitation et les formats de fichiers, Microsoft a déjà été condamné à verser plus de 1,68 milliards d’euros d’amende. Pour mettre fin à cette spirale économique répressive et aux abus de Microsoft, la commissaire à la Compétition Neelie Kroes avait annoncé qu’elle voulait trouver un accord avec Microsoft avant son départ de la Commission prévu à la fin de l’année.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur