Bourse : nouvelle semaine noire

Cloud

Paris et New York à l’unisson dans la baisse

Les mauvaises nouvelles continuent à s’accumuler : pétrole cher, risques pesant sur le secteur financier et dégradation du marché automobile ont poussé le Dow Jones sous les 12.000 points. Une première depuis mars.

Ce vendredi, l’indice phare des grandes entreprises américaines a perdu plus de 200 points (-1,83%) à 11.842,69 points, le Standard & Poor’s 500 a abandonné 1,85% à 1.317,93 et le Nasdaq Composite a reculé de 2,27% à 2.406,09. Sur la semaine, le Dow a cédé 3,8%, le S&P 3,1% et le Nasdaq 2%.

La volatilité a été accentuée par l’expiration ce vendredi des contrats de futures et d’options sur indices, une journée connue comme celle des “quatre sorcières”.

Le secteur financier a particulièrement inquiété : plusieurs banques de détail ont en effet été sanctionnées après des études d’analystes soulignant le risque de nouvelles dépréciations et réductions de dividendes.

Autre gros secteur plombé ce vendredi par les mauvaises nouvelles: l’automobile, après l’avertissement de Ford sur le risque de voir ses pertes s’alourdir cette année.

Yahoo a cédé 3,26% à dollars après des informations faisant état d’un début de “fuite des cerveaux” au sein du groupe après l’échec des discussions avec Microsoft et l’accord commercial avec Google.

Après avoir perdu près de 5 dollars la veille, le prix du pétrole a regagné plus de deux dollars vendredi avant la réunion prévue ce week-end entre pays producteurs et consommateurs à Djeddah, en Arabie saoudite, pour discuter des causes de l’envolée des prix.

A Paris la baisse a également été sévère et le bilan hebdomadaire est rouge sang (4 séances en baisse). Le Cac 40 a perdu ce vendredi 82,12 points (-1,79%) à 4.509,27 points, dans un volume d’échanges très élevé de 8,7 milliards d’euros, après avoir chuté jusqu’à 4.475,13 points (-2,53%) vers 14H00.

Alignant une troisième semaine consécutive de repli, l’indice CAC 40 a encore cédé 3,70% cette semaine, portant à 10,07% ses pertes depuis le début du mois et à 19,68% depuis le début de l’année.

BNP Paribas (-1,58% à 59,31 euros), Dexia (-3,15% à 11,99 euros) et Société Générale (-0,23% à 56,44 euros) ont cédé aux craintes entourant les valeurs financières, tandis que Crédit Agricole (+1,52% à 13,38 euros) a résisté.

Alcatel Lucent (-5,18% à 4,025 euros) a poursuivi sa décrue et accusé la plus forte baisse du CAC 40. STmicroelectronics a perdu 4,28% à 6,914 euros.

France Télécom a abandonné 1,98% à 17,595 euros. L’entreprise serait prête à discuter du poids des Etats suédois et finlandais dans le conseil d’administration de TeliaSonera, de l’implantation de la recherche et développement ou encore des centres de décision, selon Les Echos.

EADS lache 6,9% impacté par des présumés délits d’initiés. Le contrat géant des avions ravitailleurs de l’US Air Force remporté en mars dernier par Northrop Grumman et EADS pourrait être remis en question.

Atos Origin se distingue (+7,04% à 39,39 euros) après l’annonce de l’acquisition par le fonds d’investissement PAI Partners de 17,9% du capital du groupe français de services informatiques, dont l’attrait spéculatif en est sorti renforcé.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur