CS5 : Adobe dévoile son cinquième élément

Logiciels

Performances en hausse avec le support du 64 bits, nouveaux effets visuels, collaboration en ligne et mobilité renforcées… Avec la Creative Suite 5, Adobe tire le bon numéro.

La Creative Suite 5 (CS5) d’Adobe crée l’événement à plus d’un titre. Tout d’abord, les nouvelles versions (taguées CS5) d’outils majeurs comme Photoshop, Illustrator, Premiere, Dreamweaver, Flash Professional ou Indesign suffisent à créer du buzz sur le marché des graphistes et autres illustrateurs, mais aussi sur Internet depuis plusieurs semaines. De plus, de nombreuses améliorations impressionnantes sont annoncées (et démontrées), et bien entendu, tablettes électroniques et mobiles entrent pleinement dans la danse de cette gamme qui arrivera en mai prochain.

La performance en plus

À l’heure des stations multiprocesseurs multicœurs et de la virtualisation, ces logiciels très gourmands en ressources se devaient d’intégrer ces évolutions. Ainsi, les spécialistes apprécieront la possibilité, sous environnements MacOS et Windows, d’exécuter Photoshop, Premiere Pro et After Effects (CS5 évidemment) en mode 64 bits natif. Performances et fluidité record, pour un travail de qualité et sans aller boire un café en attendant que tout puisse s’afficher… en plus de cinq secondes (surtout en HD ou Full-HD). Enfin la possibilité de travailler «normalement» sur des effets spéciaux évolués! Autre optimisation: avec After Effects CS5, il est possible de définir des préférences pour l’allocation de mémoire et de CPU aux applications de la suite. Un exercice de haute voltige, mais guidé par le logiciel. (Bien lire la documentation et ne pas hésiter se faire conseiller en cas de doute….).

Des innovations qui en mettent plein les yeux!

Parmi les dizaines d’innovations, les utilisateurs de Photoshop apprécieront la retouche d’image avec détection des contours et de masquage pour des détourages rapides et performants, par exemple. Plus impressionnante, la suppression d’un ou plusieurs éléments d’une image avec remplacement automatique des pixels manquants par un algorithme de remplissage surprenant. Et s’il reste quelques ajustements à réaliser, les gains de productivités restent très appréciables! De son côté, Illustrator apporte lui des possibilités de manipulation d’image et de contours à épaisseur variable très évolués. Enfin, à signaler aussi, le Roto-pinceau d’After Effects pour isoler rapidement des éléments en mouvement en premier plan, que le logiciel tente de «suivre» dans la séquence vidéo, avec possibilité d’ajuster le «détourage» sur une ou plusieurs images si nécessaire. Effet magique garanti.

En voiture pour le numérique et le mobile

La publication traditionnelle reste un marché de choix pour InDesign. D’ailleurs, Adobe lève quelques barrières traditionnelles: ajustement évolué et automatique d’espaces entre blocs image et/ou texte, multicolonnage en un clic, chaînages simplifiés entre blocs de texte avec ajustement automatisé, etc. Par ailleurs, il devient possible d’apporter de l’interactivité à une page traditionnelle pour concevoir des documents interactifs. Des possibilités appréciables pour la publication sur le Web ou vers des tablettes électroniques, pour lesquelles le format ePub est intégré.

Toute la suite génère des contenus et applications pour le lecteur Flash ou client AIR 2 afin d’afficher de façon optimale ces informations sur des écrans des terminaux mobiles. Une expérience utilisateur d’autant plus appréciable que ces périphériques utilisent pleinement les fonctions proposées. En effet, Flash Professional CS5 permet de tester et de diffuser des contenus web sur des smartphones, tablettes, netbooks, livres électroniques et autres équipements électroniques. Ces derniers peuvent afficher du contenu dans un navigateur avec Flash Player 10.1 et, ou comme application autonome avec AIR 2 (le client Rich Application Internet d’Adobe). Et surprise : Flash Professionnel CS5 permet de développer des applications AIR en utilisant le nouveau Packager d’applications pour iPhone afin de les déployer sur le smartphone d’Apple et iPad. « Sous réserve de respecter les conditions et autorisations d’Apple, qui ne s’explique que par des raisons purement commerciales », s’amuse-t-on chez Adobe, avant d’ajouter que « cela sera bientôt disponible aussi pour Android, BlackBerry et Palm webOS. »

Cinq services en lignes pour CS5

Cinq services en ligne Adobe CS Live (gratuits et à durée illimitée) viennent enrichir ces suites logicielles. CS Review permet d’effectuer des révisions en ligne directement dans les applications Creative Suite 5. Avec BrowserLab, finie l’installation de multiples navigateurs: il teste en ligne les contenus web sur différents navigateurs et systèmes d’exploitation. Grâce aux données qu’il fournit sur l’utilisation du web, NetAverages facilite le processus de création de contenu pour le web et les terminaux mobiles. Destiné à la production et à la postproduction dans CS5 Production Premium, Adobe Story est un outil collaboratif d’écriture de script en ligne. Enfin, les services Acrobat.com (dont les conférences web Adobe ConnectNow) favorisent les échanges et le partage via internet entre collègues ou avec les clients.

Développer en équipe et communiquer

Cheval de bataille d’Adobe, la communication entre créatifs et développeurs revient sur devant de la scène. En effet, le nouveau logiciel Flash Catalyst permet au graphiste d’ajouter simplement des contenus interactifs à ses documents sans écrire une ligne de code. Une façon d’établir le dialogue et de favoriser la collaboration entre designers et développeurs.

De nombreuses possibilités permettent d’enrichir les documents (textes, images et vidéos) de métadonnées très évoluées au format XML (avec fonction d’extraction sous forme de fichier XML). Combinées à des fonctions comme le speech-to-text dans les vidéos ou le sous-titrage, la production de contenus multimédias gagnent en indexation/recherche. Mais aussi en navigation, comme la vidéo qui permet de caler des points à des moments précis où des mots (ou des thèmes) sont édictés par les protagonistes.

Enfin, Dreamweaver CS5 prend en charge les systèmes de gestion de contenu courants les plus répandus comme WordPress, Drupal ou Joomla, et permet donc de visualiser le contenu web dynamiquement dans le logiciel.

Bref, la version 5 d’Adobe Creative Suite apporte de nombreuses nouveautés technologiques impressionnantes et une nouvelle approche des contenus numériques et du travail en équipe. Des arguments qui devraient séduire et qui ont déjà conquis nombre d’internautes…

Disponible en mai, la CS5 sera proposée en 5 versions : CS5 Design Standard (1 699 €), CS5 Web Premium (1 999 €), CS5 Production Premium (2 099 €), CS5 Design Premium (2 299 €) et Master Collection CS5 (3 099 €). Pour plus de détail, voir sur cette page.


Auteur : José Diz
Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur